Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



— Qu’a-t-il, demanda sir Télégraph ? sur ma parole, je ne le comprends pas ; c’est un plaisant personnage.

— Je vous raconterai son histoire dans un antre moment ; il faut à présent que je le suive pour qu’il ne lui arrive pas de malheurs. À ces mots, sir Forester s’élança par la même fenêtre et disparut sous les arbres qui avaient déjà reçu sir Oran.

Ceci est assez curieux ; comment, me laisser seul, disait sir Télégraph, heureusement ils ont laissé, derrière eux, la partie la plus agréable de la compagnie : les bouteilles !