Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


naire de la vie, et vous ne les distinguerez, qu’à peine, l’un de l’autre ; l’adage : la première charité commence par soi-même, vous donnera la clef de leur conduite. J’ai remarqué que les hommes ont de la religion pour les autres, et ne sont attentifs à veiller qu’à la sûreté de leurs poches. Le monde va son train : chacun mange, boit, dort, se divertit, gagne autant d’argent qu’il le peut ; se marie quand l’occasion s’en présente ; prend soin de ses enfans, quand il en a les moyens ; mais quoiqu’il ait fait, quoiqu’il ait pensé, il peut compter que son caractère sera peint en beau sur son tombeau, s’il laisse, assez d’argent pour payer les éloges.

— Telle est, en effet, la multitude ; mais il y a de nobles exceptions.

— Oui, les génies originaux s’écartent de la ligne tracée. Mais il y a deux ma-