Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le calme philosophique le mariage, relativement à son utilité dans la société ; il faut, j’en conviens, que quelques-uns se marient pour que le monde se perpétue ; mais il faut que plusieurs s’en abstiennent pour qu’il ne soit pas trop peuplé. Peu et bien, ces mots sont appliquâmes à ce cas, ne vaudrait-il pas mieux qu’il y eût un petit nombre d’habitans sur la terre, vivant en paix et en harmonie, que cette foule disproportionée de fous, d’esclaves, de pauvres, de voleurs et de cul-de-jatte, dont sa surface est encombrée. On déclame contre les maux physiques et moraux ; on les attribue avec les machinéens à un mauvais principe) ou avec quelques philosophes modernes à la construction physique du globe. La cause de tous les maux qui affligent la société, est pourtant claire et facile à faire disparaître en la soumettant à un calcul. Il ne s’agit que de réduire la

population