Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MYSTÈRE

Une pauvresse.

Une pauvresse de détresse.

Une pauvresse en détresse.

Une espèce de mendiante de pitié.

Depuis qu’il avait commencé d’accomplir sa mission.

Depuis trois jours elle suivait elle suivait.

Accompagnée seulement de trois ou quatre femmes.

De ces saintes femmes.

Escortée, entourée seulement de ces quelques femmes.

De ces quelques saintes femmes.

Des saintes femmes.

Enfin.

Puisqu’éternellement on devait les nommer ainsi.

Qui gagnaient ainsi.

Qui assuraient ainsi leur part de paradis.

Et pour sûr elles auraient une bonne place.

Aussi bonne que celle qu’elles avaient en ce moment.

Puisqu’elles auraient la même place.

Car elles seraient aussi près de lui qu’en ce moment.

Je veux dire qu’elles seraient aussi près de lui qu’en ce

moment. Qu’en ce moment même.

Éternellement aussi près qu’en ce moment même. Éternellement aussi près qu’en ce moment du temps. Du temps de Judée.

Éternellement aussi près dans sa gloire. Que dans sa passion. Dans la gloire de sa passion. Et toutes les quatre ensemble ou peut-être un peu plus

ou moins. Un peu plus un peu moins. Elles formaient toujours un petit groupe à part.

138