Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA CHARITÉ

Elle s’était volée elle-même. Elle s’était trompée elle-même. En ne pleurant pas. En acceptant ces jours de bonheur. Elle s’était trahie elle-même. Elle était entrée dans le jeu.

Quand on pense qu’il y a des jours où elle avait ri. Innocemment. L’innocente.

Tout allait si bien dans ce temps-là. Elle pleurait, elle pleurait pour effacer ces jours. Elle pleurait, elle pleurait, elle effaçait ces jours. Ces jours qu’elle avait volés. Qu’on lui avait volés.

Ces jours qu’elle avait dérobés à son pauvre fils qui en ce moment expirait sur la croix.

Non seulement il avait contre lui le peuple.

Mais les deux peuples.

Tous les deux peuples.

Le peuple des pauvres.

Qui est sérieux.

Et respectable.

Et le peuple des misérables.

Des miséreux.

Qui n’est pas sérieux.

Ni pas respectable.

149