Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/371

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIÈME VERT U Dieu a placé son espérance, sa pauvre espérance eu chacun de nous, dans le plus infime des pécheurs. Sera-t-il dit que nous infimes, que nous pécheurs, ce sera nous qui ne placerions pas notre espérance en lui.

Dieu nous a confié son fils, hélas hélas, Dieu nous a confié notre salut, le soin de notre salut. Il a fait dépendre de nous et son Fils et notre salut et ainsi son espérance même ; et nous ne mettrions pas notre espérance en lui.

Mystère des mystères, portant sur les mystères mêmes,

Il a mis en nos mains, en nos faibles mains, son espé- rance éternelle,

En nos mains passagères.

En nos mains pécheresses.

Et nous, nous pécheurs, nous ne mettrions pas notre faible espérance

En ses éternelles mains.

La parole de Dieu n’est point un écheveau embrouillé. C’est un beau fil de laine qui s’empelote autour du

fuseau. Gomme il nous a parlé, ainsi nous devons l’écouler. Comme il a parlé à Moïse. Comme il nous a parlé par Jésus.

3(>3