Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE M Y S T È R E

La déperdition, la diminution, le décroissement, la perte de l’espérance.

Car je le nomme la déperdition prétentieuse, Ladiminution, le décroissement, la perte de l’innocence.

Et c’est une dégradation perpétuelle.

Or c’est l’innocence qui est pleine et c’est l’expérience

qui est vide. C’est l’innocence qui gagne et c’est l’expérience qui

perd.

C’est l’innocence qui est jeune et c’est l’expérience qui

est vieille. C’est l’innocence qui croît et c’est l’expérience qui

décroît.

C’est l’innocence qui naît et c’est l’expérience qui

meurt. C’est l’innocence qui sait et c’est l’expérience qui ne

sait pas.

C’est l’enfant qui est plein et c’est l’homme qui est vide.

178