Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le pain quand il est chaud, c’est l’esprit qui déduit
Jésus du vieil Adam et derechef induit
Israël en Jésus que la lettre réduit ;

C’est l’esprit qui combat et la lettre qui fuit,
C’est l’esprit qui travaille et l’esprit qui produit
La paille, le bon grain, la feuille, le bon fruit ;

Et la lettre n’a jamais fait qu’un peu de bruit,
C’est elle qui séduit et c’est elle qui nuit,
Et la lettre et l’esprit c’est le jour et la nuit ;

Mais l’esprit et la lettre est la nuit et le jour,
Les armes de Jésus c’est l’honneur et l’amour
Et le roi dans son camp et le roi dans sa cour ;

Les armes de Jésus c’est le feu dans le four,
La pâte et le levain et c’est le pain du jour,
Et c’est le roi David retiré dans sa tour ;

Les armes de Jésus c’est tout homme proscrit
Qui sera rappelé, c’est le jeune conscrit
Qui sera convoqué, c’est le jeune homme inscrit

Sur le livre éternel et c’est le cœur contrit
Qui sera fomenté, c’est le billet souscrit
Qui sera présenté, c’est le bonheur décrit