Page:Peiresc - Correspondance de Peiresc avec plusieurs missionnaires et religieux de l'ordre des capucins, 1631-1637, 1891.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Avis de l’Éditeur La Correspondance de Peiresjî avec plusieurs missionnaires et religieux de FOrdre des Capucins ne sera pas comprise dans la colhction des Lettres de ce grand homme dont le Ministère de l’Instruction publique a confié Védition à Vestimable et savant M. Tamizey de Lar- roque. Cest le motif qui nous porte à Voffrir au monde lelifé, dont Fattention s’est si vivement attachée, depuis quelques années, à tous les souvenirs laissés par Villustre Conseiller du Parlement de Provence, que Bayle appela procureur général de la littérature, et que Balzac dépeignit en ces termes: » ■ « Si vous me permettez de me servir en français & une parole empruntée de Grèce nous avons perdu eh ce rare personnage une pièce de naufrage de Vantiquité eè les reliques du siècle d*or. Toutes les vertus des temps hé¬ roïques s’étalent retirées en cette belle âme, La corruption universelle ne pouvait rien sur sa bonne constitution, et le mal qui le touchait ne le souillait point. Sa générosité n*a été ni bornée par la mer, ni enfermêé en deçà des Alpes ; elle a semé ses faveurs et ses courtoisies de tout côté, Mlle a reçu des remerciements des extrémités de la Syrie et du sommet du Liban. Dans une fortune assez médiocre, il