Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vrières. Ce sont elles qui conquièrent les franchises communales ; ce sont elles qui établissent les républiques du Midi de la France, comme Marseille et Montpellier, de l’Italie, comme Florence ; des Flandres ; comme Gand ou Bruges.

Ainsi, au début, indépendance vis-à-vis de l’État, effort à la fois politique et industriel, — voilà le caractère des corporations. Leur résultat, l’histoire nous le montre, c’est la naissance des libertés politiques et la création de la prospérité industrielle. Car l’industrie elle-même, et, avec elle, la richesse du pays tout entier, sans distinction de classe, naît, languit ou meurt avec l’indépendance des classes ouvrières.

II — Après des luttes ardentes, vient l’heure de la lassitude : soit que le peuple se fatigue d’une guerre qui l’épuise, soit plutôt que d’autres causes amènent un grand changement politique, on voit gran-