Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’argent, avait un moyen aussi simple qu’efficace de s’en procurer. Elle créait des « offices », c’est-à-dire qu’elle imaginait une fonction nouvelle, ou en prenait une existante qu’elle érigeait en fonction publique, qu’elle vendait à beaux deniers comptants. C’est ainsi qu’elle s’arrogea le droit de vendre certaines magistratures corporatives qui ressortaient de l’élection. C’est ainsi que François Ier érigea en offices les places de vendeurs, compteurs, déchargeurs de marée, jusque là élus par la corporation des chasse-marée. Henri II fit mieux, il devait de l’argent à un graveur de la monnaie ; il le paya… aux dépens du public, en lui donnant les offices de jaugeurs, marqueurs, mesureurs et contrôleurs… des vins… c’est-à-dire en l’autorisant à exiger une somme d’argent de tous ceux qui voudraient exercer le métier. — Entre les vins et la gravure, le rapport n’est pourtant pas grand. Charles IX, créa enfin