Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Elle a, elle aussi, ses chartes, et ce sont ces chartes saintes des premières communes, ces coutumes de métiers, qui ont permis aux industries de refleurir dans le monde barbare.

Ces ancêtres, nous leur devons un souvenir pieux ; nous leur devons encore de connaître leur exemple et d’en profiter, pour que leurs grands combats n’aient pas été combattus en vain ni leur sang inutilement versé. Ces chartes, nous avons le droit de nous les rappeler et de les montrer à ces hommes qui cherchent dans le passé des titres qu’ils tiennent d’usurpations anciennes.

Crions-le bien haut, l’histoire en main, il n’est pas vrai qu’une époque d’innovation et de progrès comme la belle période du moyen âge ait pu exister sans libertés, et l’ouvrier peut dire au hobereau ennobli, qui le traite de haut : « Nos chartes