Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sère et la même oppression les réunissaient. Comme les premières associations du moyen âge, les collèges sont faits, non par les ouvriers vis-à-vis de leurs patrons, mais par les uns et les autres vis-à-vis du reste de la société.

II. — Qu’était le collège ? C’était pour les hommes qui exercent le même métier, à peu près ce qu’est la « commune » pour ceux qui habitent le même village. C’était un État dans l’État, ou mieux une ville dans la ville, ayant ses magistrats, ses règlements, ses propriétés, ses impôts.

Le collège pouvait posséder et acquérir. Il avait la faculté de recevoir les legs. De grands personnages lui laissaient souvent leurs biens. Il avait des cotisations sur les sociétaires. Le collège était souvent fort riche. Il avait des immeubles, le local de ses réunions, des bureaux ou des bâtiments