Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


fleuves et porter partout le brigandage, la dévastation et l’incendie, acceptèrent, par un traité, de s’établir pacifiquement dans la province qui, depuis, a gardé leur nom : la Normandie.

De l’an 400 à l’an 900, c’est-à-dire durant cinq siècles, le monde barbare ne cessa de verser sur l’ancien Empire Romain des bandes nouvelles d’envahisseurs. Durant cinq siècles, des masses d’hommes ne connaissant d’autre vie que la guerre, et traînant leurs femmes et leurs enfants avec eux, se promenèrent à travers l’Europe civilisée, saccageant les villes et dévastant les champs ; durant cinq siècles, des hordes féroces, sans cesse renouvelées, se partagèrent les provinces des Césars, élevèrent des royaumes éphémères, qu’un massacre créait et qu’un massacre renversait, et couvrirent de sang le monde entier.

L’histoire de ce temps-là est bien mono-