Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
133
la guerre des boutons


planté une épine dans le pied, qui écorché les orteils sur des chardons ou blessé les talons en marchant sur des cailloux.

Bientôt toute l’armée bancalerait ! Ce serait du propre ! Non vraiment, ça n’était pas un métier !

Lebrac, seul, ou presque, de son opinion, dut convenir que le moyen qu’il avait préconisé offrait en effet de notoires inconvénients et qu’il serait bon d’en trouver un autre.

– Mais lequel ? Trouvez-en puisque vous êtes si malins ! reprit-il, vexé au fond du peu de succès en durée qu’avait eu son entreprise.

On chercha.

– On pourrait peut-être se battre en manches de chemises, proposa La Crique ; les blouses au moins n’auraient pas de mal et, avec des ficelles pour les souliers et des épingles pour le pantalon, on pourrait rentrer.

– Pour te faire punir le lendemain par le père Simon qui te dira que tu as une tenue débraillée et qui en préviendra tes vieux ! hein ! Qui c’est qui te remettra des boutons à ta chemise et à ton tricot ? Et tes bretelles ?

– Non, c’est pas un moyen ça ! Tout ou rien, trancha Lebrac ! Vous ne voulez pas de rien, il faut tout garder.

– Ah ! fit La Crique, si on avait quelqu’un pour