Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
298
la guerre des boutons


fait du mal ! Il cherche encore quelles menteries il pourrait bien inventer cette sale cabe-là ; quand il ne fait pas le mal, il le pense.

De fait, Bacaillé, médusé par les regards, les gestes, la voix et toute l’attitude du général, restait là muet et confondu.

Un court instant de réflexion lui permit de se rendre compte que ses aveux et dénonciations, même s’ils étaient pris au sérieux, ne pouvaient en définitive que faire corser sa punition, et, somme toute, il n’y tenait point.

Il jugea donc bon de changer d’attitude. Portant les mains à ses yeux, il se mit à pleurnicher, à larmoyer, à sangloter, à parler en phrases entrecoupées, à se plaindre de ce que, parce qu’il était faible et infirme, les autres se moquaient de lui, lui cherchaient querelle, l’injuriaient, le pinçaient dans les coins et le bousculaient à chaque entrée et à toutes les sorties.

— Par exemple ! Si c’est permis ! rugissait Lebrac. Autant dire qu’on est des sauvages, des assassins ; dis donc, mais dis-le où et quand on t’a dit « quéque » chose de vesxant[1], quand c’est-y qu’on t’a empêché de jouer avec nous ?

— C’est bon, conclut le père Simon, édifié et pressé par l’heure, je verrai ce que j’ai à faire. Bacaillé, en attendant, aura sa retenue ; quant à Camus,

  1. Vexant.