Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/315

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
315
la guerre des boutons


retenue du père Simon, le témoignage de toute l’armée (grands et petits) contre lui et surtout il avait contre l’éclaireur et lieutenant de Lebrac la haine que donne l’affreuse jalousie de l’évincé en amour. Et tout cela, non ! il ne le pardonnait pas.

D’un autre côté il avait réfléchi qu’il lui serait plus facile d’exercer sur tous les Longevernes en général et sur Camus en particulier des représailles mystérieuses et de leur dresser des embûches s’il continuait à combattre dans leurs rangs. Aussi, sa punition finie, il se rapprocha de la bande.

S’il ne fut pas du combat fameux au cours duquel la culotte de Tintin, comme une redoute célèbre, fut prise et reprise, il ne songea point à s’en pendre, comme le brave Crillon, mais il vint à la Saute les soirs suivants et prit une part modeste et effacée aux grands duels d’artillerie, ainsi qu’aux assauts houleux et vociférants qui les suivaient généralement.

Il eut la joie pure de n’être pas pincé et de voir prendre tantôt par les uns, tantôt par les autres, car il les haïssait tous, quelques guerriers des deux partis que l’on renvoya ou qui revinrent en piteux état.

Il restait, lui, prudemment à l’arrière-garde, riant en dedans quand un Longeverne était pincé, plus bruyamment quand c’était un Velrans. Le trésor fonctionnait, si l’on peut dire. Tout le monde,