Page:Perrault - Contes des fées, 1886.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
17
Cendrillon.

MORALITÉ.


La beauté, pour le sexe, est un rare trésor ;
De l’admirer jamais on ne se lasse ;
Mais ce qu’on nomme bonne grâce,
Est sans prix, et vaut mieux encor.
C’est ce qu’à Cendrillon fit avoir sa marraine,
En la dressant, en l’instruisant
Tant et si bien qu’elle en fit une reine ;
Car ainsi sur ce conte on va moralisant.
Belles, ce don vaut mieux que d’être bien coiffées ;
Pour engager un cœur, pour en venir à bout,
La bonne grâce est le vrai don des Fées,
Sans elle on ne peut rien, avec elle on peut tout.


Perrault - Contes des fées, 1886 (page 17 crop).jpg