Page:Perrault - Contes des fées, 1886.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
99
RIQUET À LA HOUPPE.

sur-le-champ de l’épouser, pourvu qu’il en obtint le consentement du roi son père.

Le roi, ayant su que sa fille avait beaucoup d’estime pour Riquet à la Houppe, qu’il connaissait d’ailleurs pour un prince très-spirituel et très-sage, le reçut avec plaisir pour son gendre.

Dès le lendemain, les noces furent faites, ainsi que Riquet à la Houppe l’avait prévu, et selon les ordres qu’il en avait donnés longtemps auparavant.

MORALITÉ.

Est Ce que l’on voit dans cet écrit
Est moins un conte en l’air que la vérité même ;
Est Tout est beau dans ce que l’on aime,
Est Tout ce qu’on aime a de l’esprit.

AUTRE MORALITÉ.

Tous AuDans un objet où la nature
Tous Aura mis de beaux traits, et la vive peinture
Tous D’un teint où jamais l’art ne saurait arriver,
Tous ces dons pourront moins pour rendre un cœur sensible
Tous Qu’un seul agrément invisible
Tous Que l’amour y fera trouver.