Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/164

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

née, qui est si belle ? Je ne puis rien pour elle, Madame, du costé de l’esprit, luy dit la Fée ; mais je puis tout du costé de la beauté ; & comme il n’y a rien que je ne veüille faire pour vôtre satisfaction, je vais luy donner pour don de pouvoir rendre beau ou belle la personne qui luy plaira. A mesure que ces deux Princesses devinrent grandes, leurs perfections crûrent aussi avec elles, & on ne parloit partout que de la beauté de l’aisnée, &