Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/204

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

fust peut-estre encore plus fâché que sa femme ; mais c’est qu’elle luy rompoit la teste, & qu’il estoit de l’humeur de beaucoup d’autres gens, qui ayment fort les femmes qui disent bien, mais qui trouvent très importunes celles qui ont toûjours bien dit. La Bucheronne estoit tout en pleurs ? Helas ! où sont maintenant mes enfans, mes pauvres enfans ? Elle le dit une fois si haut que les enfans qui étoient à la porte l’ayant entendu