Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/220

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

la teste, & l’obligea de s’aller coucher.

L’Ogre avoit sept filles qui n’étoient encore que des enfans. Ces petites Ogresses avoient toutes le teint fort beau, parce qu’elles mangeoient de la chair fraîche comme leur pere ; mais elles avoient de petits yeux gris & tout ronds, le nez crochu & une fort grande bouche avec de longues dents fort aiguës & fort éloignées l’une de l’autre. Elles n’estoient pas encore fort méchantes ; mais elles