Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

se réveiller qu’en mesme temps que leur Maistresse, afin d’estre tout prests à la servir quand elle en auroit besoin : les broches mêmes qui estoient au feu, toutes pleines de perdrix & de faysans, s’endormirent, & le feu aussi. Tout cela se fit en un moment : les Fées n’estoient pas longues à leur besogne. Alors le Roi & la Reine aprés avoir baisé leur chere enfant sans qu’elle s’éveillast, sortirent du chasteau, & firent publier des deffenses à qui