Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

la Princesse s’éveilla ; & le regardant avec des yeux plus tendres qu’une premiere veuë ne sembloit le permettre ; est ce vous, mon Prince, luy dit-elle ; vous vous estes bien fait attendre. Le Prince charmé de ces paroles, & plus encore de la maniere dont elles estoient dites, ne sçavoit comment luy témoigner sa joye & sa reconnoissance ; il l’assura qu’il l’aimoit plus que luy-mesme. Ses discours furent mal rangez, ils en plurent davan-