Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/66

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

MORALITÉ.

ON voit icy que de jeunes enfans,
FBelSur tout de jeunes filles,
FBelles, bien faites & gentilles,
Font tres-mal d’écouter toute sorte de gens,
FoEt que ce n’est pas chose estrange,
FoS’il en est tant que le loup mange.
Ie dis le loup, car tous les loups ;
Ie dNe sont pas de la mesme sorte ;
Ie dIl en est d’une humeur accorte,
Ie dSans bruit, sans fiel & sans courroux,
Ie dQui privez, complaisans & doux
IusquSuivent les jeunes Demoiselles
Iusque dans les maisons, jusque dans les ruelles ;
Mais, hélas ! qui ne sçait que ces loups doucereux,
MDe tous les loups sont les plus dangereux.