Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/87

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

un moment aprés, ce sont mes freres ; je leur fais signe tant que je puis de se haster. La Barbe bleüe se mit à crier si fort que toute la maison en trembla. La pauvre femme descendit, & alla se jetter à ses pieds toute épleurée & toute échevelée : cela ne sert de rien, dit la Barbe bleuë, il faut mourir ; puis la prenant d’une main par les cheveux, & de l’autre levant le coutelas en l’air, il alloit luy abattre la teste. La pauvre femme se tour-