Page:Perrin - À la surface des choses, physique générale, Tome 6, L'énergie, 1941.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
42
l’énergie

Tout changement peut se payer en monnaie thermodynamique.


Le système poids et thermostats qui peut à chaque instant remplacer l’extérieur peut d’ailleurs être grandement simplifié.

Considérons d’une part les poids, qui, du point de vue mécanique peuvent remplacer l’extérieur. Nous pouvons ramener chacun de ces poids à son niveau initial par abaissement ou élévation d’un poids auxiliaire unique agissant par treuils ou poulies sur le poids particulier envisagé. De sorte qu’en définitive tout le travail extérieur aura été absorbé ou fourni par le poids auxiliaire.

Considérons d’autre part un thermostat auxiliaire de température plus froid que chacun de ceux auxquels le système a fait subir par action thermique un changement positif (« échauffement »). Par simple contact, ce thermostat auxiliaire pourra ramener chacun de ces thermostats dans son état initial, subissant lui-même au total un échauffement égal à la somme des actions thermiques extérieures positives du système.

De même, on pourra ramener dans son état initial chacun des thermostats extérieurs qui auraient subi un changement négatif (« refroidissement »), en refroidissant à leur contact un même second thermostat auxiliaire de température plus chaud que chacun d’eux, et qui subira le refroidissement .


Ainsi le changement efficient le plus général peut être payé :

par le travail d’un poids unique, mesurant l’action mécanique extérieure ;

par l’échauffement d’un thermostat auxiliaire et le refroidissement d’un autre thermostat auxiliaire mesurant à eux deux l’action thermique extérieure.


Simplifiant encore, et que notre poids auxiliaire unique ait monté ou descendu, nous pourrons toujours en une expérience de Joule laisser ce poids descendre assez pour restituer dans son état primitif celui des deux thermostats auxiliaires qui aurait été « refroidi ».

Tout se réduirait alors, comme répercussion extérieure conjuguée avec notre changement, au travail d’un poids unique abaissé ou élevé et à l’échauffement d’un thermostat unique. Bien entendu, n’est pas forcément égal au travail extérieur , ni à l’action thermique extérieure . Mais la somme