Page:Petit-Breton - Comment je cours sur la route, 1908.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
— 31 —

préfère, probablement parce que ce sont elles qui m’ont procuré le plus de gloire.

En tout cas, je souhaite à tous les aspirants champions de comprendre le rôle qu’ils veulent jouer ; je les invite fermement à mener une vie sobre et régulière, à ne jamais faire d’excès, à travailler en silence et sans s’occuper ni de Pierre ni de Paul ; le jouir où ils se connaîtront eux-mêmes, où ils sauront se soigner, fournir leur effort opportun, ils deviendront à leur tour des « géants » de la route, des futurs vainqueurs de la pus belle manifestation qui soit : le Tour de France.

Août 1908.