Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 2e série, tome 46.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Charrier trouva à Rome tout ce que j’y avois espéré de madame de Rossane ; et le premier avis qu’elle lui donna fut de se défier au dernier point de l’ambassadeur, qui joignoit, aux ordres secrets que la cour lui avoit donnés contre moi, la passion effrénée qu’il avoit lui-même pour la pourpre. L’abbé Charrier profita très-habilement de cet avis : car il joua toujours l’ambassadeur en lui témoignant une confiance abandonnée, et en lui faisant voir en même temps la promotion très-éloignée. La haine que le Pape avoit conservée depuis long-temps pour la personne de M. le cardinal Mazarin contribua à ce jeu ; et l’intérêt de monsignor Chigi, secrétaire d’État, qui a été depuis Alexandre VII, y concourut aussi avec beaucoup d’effet. Il étoit assuré du chapeau pour la première promotion, et il n’oublia rien de ce qui la pouvoit avancer. Monsignor Azolini, qui étoit secrétaire des brefs, et qui avoit été attaché à Pancirolle, avoit hérité de son mépris pour le cardinal, et de sa bonne volonté pour moi. Ainsi M. le bailli de Valancey fut amusé ; et il ne fut même averti de la promotion qu’après qu’elle fut faite. Le pape Innocent m’a dit qu’il savoit de science certaine qu’il avoit dans sa poche la lettre du Roi pour la révocation de ma nomination, avec ordre toutefois de ne la pas rendre que dans la dernière nécessité, et à l’entrée du consistoire, où les cardinaux seroient déclarés ; et l’abbé Charrier m’avoit dépêché deux courriers pour me donner le même avis. Ce qui est constant, et que j’ai su depuis par Champfleury, capitaine des gardes de M. le cardinal, c’est qu’aussitôt qu’il eut reçu la nouvelle de ma promotion, qu’il apprit à Saumur, il lui com-