Page:Pidansat de Mairobert - L’espion anglois, tome 1.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


( 8 )

qu’ils l’affecteront; il parlera des matières de Religion & de Philosophie, des Finances, du Commerce, des Arts, des Spectacles, des Actrices, des Courtisannes suivant qu’ils feront l’entretien du jour; il enrichira, le plus qu’il lui fera possible, son Porte-Feuille d’Anecdotes graves ou galantes, pour les reverser au sein de ses Compatriotes. Le François se plaint depuis quelque tems de ne plus rire, l'Observateur espère trouver encore des momens de gaité, le prendre sur le fait, & lui en procurer d’autres, en les lui rappellant.

Avant d’entrer dans les détails particuliers dont il doit s’occuper, il a cru convenable de former, d’abord, un tableau généraI de l’état où il a trouvé le Royaume : introduction à son Journal d’autant plus curieuse que ce sera par la suite un point d’appui dont le Lecteur pourra partir pour faire sa comparaison.

=========================================================
L’OBSERVATEUR HOLLANDOIS A PARIS.

Homonculi quanti sunt… recogito. Plaut

LETTRE PREMIERE.

Sur le Roi et la famille royale.

JE n’ai pu, jusqu’à présent, mon cher Compatriote, tenir ma promesse de vous entretenir sur le Peuple