Page:Pierre Le Loyer - La Néphélococugie, édition de 1869.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
10
au lecteur

mieux comprendre, entendant que je t’auray peu plaire, et que tu me recepvras d’aussi joyeux visage comme je désire, amy lecteur, employer librement ma peine où je verray que je puisse te servir, et à la France, à laquelle si peu que j’ay d’erudition je dois rapporter, et comme un loyal debteur je luy rendz, et rendray toute ma vie. À Dieu, Lecteur.