Page:Pierre Le Loyer - La Néphélococugie, édition de 1869.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
49
néphélococugie



Jean Cocu

Vous voyez bien là l’un des deux
Qui a le plus maigre visage,
C’est un autant accort et sage
Que j’aye jamais accosté ;
Il dit merveille, il a hanté
Le monde, à contempler sa face
Pleine d’une modeste audace.

ÉPODE



Chœur

Il nous faut devers luy aller
Commandez-luy doncq’ de parler,
Un desir desjà nous affolle
D’escouter sa douce parolle,
Et de voir s’il est sage ainsi

Comme vous le vantez icy.

AUTRE SYSTEME


Entrecoupé


Jean Cocu

Or, mes amys, j’ay si bien de ma langue
Basty pour vous une douce harangue,
Que grace aux Dieux vous estes retirez
Du grand danger où vous estiez fourrez,
Et pour signal d’une paix amyable
Ces miens Cocus ont eu pour agréable
Vostre venuë, ayans compassion
De vostre ennuy et vostre affliction.