Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
125
de france

cadre Française de la Méditerranée ayant été naguère saluer le roi Humbert pendant son séjour en Sardaigne, il était de rigueur que l’Italie, selon l’usage, rendit cette politesse dès que le président de la République s’approcherait de la frontière. L’opinion apprit donc sans étonnement que Victor Emmanuel iii enverrait ses navires saluer M. Loubet lors de sa visite à Toulon, au mois d’Avril 1901. Mais le nombre et la puissance des navires choisis, le maintien à leur tête du duc de Gênes, oncle du roi, dont la période de commandement était expirée, la nouvelle que ce prince serait chargé de remettre au Président le collier de l’Annonciade, une des distinctions les plus hautes et les plus rares dont dispose l’Europe monarchique, tous ces faits ne tardèrent pas à indiquer que quelque chose d’insolite se préparait. En France, l’attention se tourna en inquiétude lorsqu’on sut que l’escadre Russe, présente à Toulon, allait quitter ce port pendant la visite de l’escadre Italienne. La Russie désapprouvait-elle la nouvelle orientation donnée à la politique Française ? On pouvait le craindre et l’opposition pendant deux jours en fit grand bruit dans ses journaux. Mais l’empereur Nicolas ayant