Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
182
la chronique

12 millions et demi ce qui lui sera aisé car elle a aujourd’hui plus de vingt millions de réserves, ensuite en donnant une garantie d’intérêt annuel de 3 millions qui servira à gager une émission de 76 millions d’obligations. Le reste du capital sera constitué par la compagnie concessionnaire. L’exposé du projet a permis d’attirer l’attention de la métropole sur la situation si satisfaisante de l’Indo-Chine qui trouve à présent à emprunter à 3 1/2 ; ce qui veut dire qu’à 50 centimes près, elle jouit du même crédit que la France. Il existe encore d’autres signes manifestes de l’enrichissement rapide du pays et de la force déjà acquise par la domination Française. Les impôts qui rendaient 56 millions en 1896 étaient prévus pour 1901 à 92 millions et le commerce général a passé de 257 millions en 1897 à 471 millions en 1900, soit une plus value de 38 millions d’une part et une augmentation de 128 pour 100 d’autre part. Quant aux sentiments de la population indigène, le fait que les nombreux émissaires des sociétés secrètes Chinoises venus l’an passé pour tenter de la soulever, ont complètement échoué dans leur tentative, prouve qu’elle est la première à sentir les bienfaits de la sécurité rétablie, des défrichements étendus,