Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
67
de france

visites souveraines qu’il reçoit — ils redoutent pour leurs voisins comme pour eux-mêmes la réaction qu’engendrent forcément les écarts d’un zèle trop ardent.

Questions d’Orient.

À la différence du Livre jaune contenant la correspondance entre la France et le saint Siège, le Livre jaune relatif aux affaires de Macédoine a fait le plus grand honneur au ministre et à ses agents. Sur ce terrain-là, M. Delcassé avait les coudées franches. Ses conseils, à la fois énergiques et modérés, auraient souvent servi la cause de la pacification mieux que les remèdes proposés par ses collègues des autres chancelleries. Il ressort des divers documents publiés à cette occasion, que la diplomatie française a été l’une des mieux renseignées en même temps que des mieux inspirées ; les rapports de ses représentants sont remarquables de lucidité. Une bonne partie de la question d’Orient ne tient-elle pas dans cette observation de notre consul à Salonique, M. Steeg, que les Turcs employés dans les administrations