Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1904.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
67
de france

aux communes trop pauvres pour entretenir elles-mêmes leurs églises ou presbytères.

En somme le culte catholique reçoit 40.581.703 francs dont 37.026.600 francs afférent à l’entretien des ministres. Restent 1.574.500 francs pour les cultes protestants et 162.530 francs pour le culte israélite. En même temps que les Articles organiques annexés au Concordat, Bonaparte en avait fait rédiger d’autres pour l’église calviniste réformée et l’église luthérienne de la confession d’Augsbourg. La première reçoit pour l’entretien de 639 pasteurs, la somme de 1.224.200 francs ; la seconde pour l’entretien de 62 pasteurs, la somme de 126.600 francs (les pasteurs sont mieux traités que les curés ; leurs traitements variant de 3.000 a 1.800 francs ; mais on a tenu compte justement de ce qu’ils avaient leurs familles a entretenir). Les séminaires de Paris et de Montauban bénéficient d’un crédit de 26.500 francs. En outre 43.000 francs sont alloués pour l’entretien des temples et 188.000 francs pour les secours, indemnités et frais d’administration.

Depuis l’édit donné par Louis xvi en 1784, la condition civile des israélites en France n’a jamais