Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1905.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
122
la chronique

Le rôle éventuel des Juifs marocains.

Il est très remarquable et très intéressant de constater le relèvement rapide et résolu des Israélites marocains. On les estime, avons-nous dit, à environ 200.000. Ce n’est pas énorme comme chiffre global mais ce chiffre se divise en groupes d’une sérieuse importance. Si 7.000 juifs demeurent sans grande influence sur une ville comme Fez qui compte 100.000 habitants, il en va différemment à Saffi où ils sont 2.000 sur 10.000, à Larache où ils sont 2.000 sur 15.000, à Mogador surtout où leur nombre atteint 10.000 sur 22.000 et à Denmat, le marché européen de l’Atlas et de la région du Draa, ou à Debdou, petite ville très commerçante en relations continuelles avec Tlemcen — où ils sont le tiers et la moitié. Ces communautés juives avaient croupi longtemps dans la misère et la médiocrité. L’ère commerciale qui s’est ouverte et surtout le louable effort de l’Alliance Israélite universelle leur ont fourni le moyen d’en sortir et ils en sortent très rapidement. M. Eugène Aubin dans la relation de son voyage au Maroc, M. Bernard, professeur à la