Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1906.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
170
la chronique

régime du travail ou l’état de la propriété. Aujourd’hui de tels problèmes tiennent le premier rang dans les préoccupations de tout analyste digne de ce nom. C’est pour beaucoup à Le Play qu’on le doit.

Il a fait plus encore. Il a jeté bas cette décevante et déraisonnable théorie de la décrépitude fatale des nations. L’assimilation de la vie des peuples à la vie des hommes constituait une sorte de dogme intangible. Il était entendu que toute nation s’élève, atteint son apogée, décroît et meurt, qu’en un mot elle traverse successivement la jeunesse, l’âge viril et la vieillesse sans qu’elle puisse aucunement se soustraire à cette évolution autrement que ne le font les hommes eux-mêmes lorsque, par une vie saine et des précautions intelligentes, ils arrivent à consolider momentanément une santé ébranlée ou à prolonger de quelques années une existence précaire. On s’étonne qu’une théorie à laquelle les faits opposent tant de démentis catégoriques ait pu s’implanter si fortement dans les esprits. C’est sans doute que les faits insuffisamment étudiés ne prévalaient pas contre les raisonnements des narrateurs impressionnés avec Bossuet par la « succession des empires ». À