Page:Pierre de Coubertin - L’Éducation anglaise en France, 1889.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
107
sous les ombrages de juilly

cussion, rien d’actuel ; toujours le passé sous toutes ses formes. Eh bien, tout cela n’est pas compatible avec l’éducation anglaise, avec la liberté, les jeux et le sport ; cette éducation engendre l’audace, la vertu des forts ; elle développe et fortifie ; et ceux qui la reçoivent, rendus plus dociles vis-à-vis de ceux qui la donnent, acceptent mieux leur enseignement, mais aussi échappent à leur constante surveillance. Un enfant élevé à l’anglaise ne pourrait tolérer d’être tenu en laisse, protégé, conduit, guidé, averti à tous propos… Alors, comme la règle rigide et immuable ne peut se plier, qu’elle ne peut souffrir le moindre changement, on repousse tout en bloc !

C’est là un champ dans lequel l’éducation anglaise ne germera pas ; nous allons en voir un où elle pourra germer avec des soins et du temps.