Page:Pierre de Coubertin - Pédagogie Sportive, 1922.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
69
technique des exercices sportifs

Caractéristiques générales.

La pratique d’un sport comporte trois phases successives. Tout sport, en effet, exige premièrement une gymnastique déterminée qui adapte le corps aux mouvements nécessaires et crée l’accoutumance musculaire désirable. Puis il devient une science : le sportif expérimenté possède son sujet ; il acquiert des connaissances grandissantes. Enfin le sport peut devenir un art selon le degré de perfection auquel parvient celui qui le pratique.

1° La préparation gymnique d’un exercice sportif se ramène à une besogne primordiale essentielle : le dressage des muscles, de façon à obtenir que ceux qui ne sont pas requis d’agir se tiennent tranquilles et ne gênent pas la manœuvre de ceux qui le sont. C’est « la bonne volonté » des muscles et l’encombrement en résultant qui provoquent et alimentent la maladresse sportive ; chez le novice, ils se précipitent tous à l’appel et le désordre en résulte (ex. : le cavalier au trot, le tennisseur, le boxeur français, etc., chez lesquels ce désordre est particulièrement visible).

D’autre part, chaque homme présente une figure mécanique qui lui est spéciale et que déterminent chez lui la longueur des leviers, leurs rapports proportionnels, la façon dont ils jouent et, d’une manière générale, toutes les particularités corporelles aptes à en faciliter ou à en entraver le fonctionnement. Dès qu’intervient un engin (cheval, bateau, cycle, barre fixe, patin, perche à sauter, etc.) la figure mécanique de l’homme doit s’adapter à celle de l’engin qui prolonge en quelque sorte ses propres membres. La préparation gymnique ne peut donc être exactement la même pour tous. Par le moyen de la cinématogra-