Page:Pierre de Coubertin - Universités transatlantiques, 1890.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
46
universités transatlantiques.

« Quand les amis se rencontrent, les cœurs s’échauffent ». Un sceptique ferait bien remarquer que le whiskey échauffe aussi les cœurs, plus peut-être que l’amitié ; mais moi qui ne le suis pas, j’approuve pleinement qu’on poétise les effets du whiskey en les attribuant à l’amitié ; en foi de quoi, nous avalâmes aussitôt quelques cocktails !

Huit jours plus tard, je reprenais le chemin de Travers Island, une petite cocarde bleue et rouge indiquant que ma boutonnière était admise à porter les couleurs du club ; il s’agissait d’assister au Fall meeting, c’est-à-dire à la réunion d’automne clôturant la série des fêtes de plein air ; à la gare, une foule véritable, des guichets supplémentaires établis, des trains toutes les cinq minutes

Il fait superbe ; de la station à la grille d’entrée, la route est sillonnée de breaks, de cavaliers, de bicycles et de piétons. L’aspect de l’île est des plus gais ; les tribunes, peuplées de toilettes claires, sont déjà remplies. Un mail-coach hardiment conduit tourne devant la maison, d’où s’échappent les accords d’un orchestre à peu près tzigane. De la galerie extérieure, on