Page:Pierron - Histoire de la littérature grecque, 1875.djvu/454

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nouvelle qu’Alexandre n’était plus le tira de sa mélancolie et lui rendit toute l’activité de sa jeunesse. Il court se joindre aux ambassadeurs d’Athènes, qui travaillaient à former, contre les Macédoniens, une ligue nouvelle des peuples grecs ; et bientôt il rentra dans sa patrie, rappelé par le vœu unanime de ses concitoyens. On lui fit une réception magnifique, et on le chargea, cette année-là, du sacrifice à Jupiter Sauveur. C’est le moyen qu’on prit pour l’exempter du payement de son amende. On consacrait d’ordinaire une somme d’argent aux frais de la cérémonie : on compta cinquante talents à Démosthène, avec quoi il se libéra envers le trésor public. La bataille de Cranon, en 322, détruisit toutes les espérances des amis de la liberté. Antipater et Cratère imposèrent leurs volontés à la Grèce. Athènes reçut une garnison macédonienne, et la mort de Démosthène fut ordonnée. Démosthène s’enfuit avec quelques amis, dévoués comme lui aux vengeances des vainqueurs. Il passa seul dans l’île de Calaurie, et il chercha un asile dans le temple de Neptune. Les satellites d’Antipater, après avoir essayé en vain de l’attirer hors du sanctuaire, s’apprêtaient à l’en arracher par la force. Il leur épargna ce sacrilège. Il avala du poison, qu’il portait toujours avec lui, et il s’avança vers la porte du temple. Il tomba en passant devant l’autel du dieu, et les soldats ne relevèrent qu’un cadavre.

Quand la ville d’Athènes commença à respirer et retrouva une ombre d’indépendance, elle réhabilita la mémoire de Démosthène. Démocharès, neveu de l’orateur, fit adopter un décret, où sont rappelés en termes magnifiques tous les services rendus par Démosthène à la patrie et à la liberté ; et on lui éleva, en vertu de ce décret, une statue de bronze qui portait cette inscription : « Si ta force, Démosthène, avait égalé ton génie, jamais le Mars macédonien n’eût commandé dans la Grèce. »


Éloquence de Démosthène

Le bon Plutarque a remarqué avec raison que plusieurs choses ont manqué à Démosthène, surtout la vraie force