Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



POLUS.

Soit : je te le demande. Dis-moi quelle partie c’est.


SOCRATE.

Comprendras-tu ma réponse ? La rhétorique est, selon moi, le simulacre d’une partie de la politique.


POLUS.

Mais encore, est-elle belle ou laide ?


SOCRATE.

Je dis qu’elle est laide ; car j’appelle laid tout ce qui est mauvais, puisqu’il faut te répondre comme si tu comprenais déjà ma pensée.


GORGIAS.

Par Jupiter, Socrate, je ne conçois pas moi-même ce que tu veux dire.


SOCRATE.

Je n’en suis pas surpris, Gorgias ; je n’ai encore rien développé. Mais Polus est jeune et ardent.


GORGIAS.

Laisse-le là, et explique-moi en quel sens tu dis que la rhétorique est le simulacre d’une partie de la politique.


SOCRATE.

Je vais essayer de t’exposer sur cela ma pen-