Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/181

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


THÉÉTÈTE.

Lesquelles ?

L’ÉTRANGER.

Celle où l’on se sert seulement de rets pour prendre sa proie, et celle où on la blesse.

THÉÉTÈTE.

Voyons, comment établis- tu cette distinction ?

L’ÉTRANGER.

Tout ce qui embrasse et enveloppe une chose pour la retenir, rentre naturellement dans la dénomination de rets.

THÉÉTÈTE.

C’est juste.

L’ÉTRANGER.

Or les nasses, les filets, les lacs, les paniers, peut-on les appeler autrement que des rets ?

THÉÉTÈTE.

Non, sans doute.

L’ÉTRANGER.

Nous appellerons donc cette partie de la chasse la pèche avec des rets ?

THÉÉTÈTE.

Fort bien.

L’ÉTRANGER.

Et l’autre espèce, celle où l’on se sert d’hameçons et de harpons, ne ferons-nous pas bien de l’appeler, par exemple, la pêche avec du fer, ou