Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les arts en général et sur chaque art en particulier à ceux-là mêmes qui les professent, ont été publiées et se trouvent consignées par écrit à la disposition de quiconque veut les apprendre.

THÉÉTÈTE.

Tu veux parler sans doute des écrits de Protagoras sur la palestre et les autres arts[1] ?

L’ÉTRANGER.

Et de ceux de bien d’autres encore, mon cher Théétète. Maintenant l’art de la dispute ne renferme-t-il pas, en général, pour toute espèce de controverse, de grandes ressources ?

THÉÉTÈTE.

Il paraît qu’il ne lui manque à peu près rien.

L’ÉTRANGER.

Mais toi, mon enfant, au nom des dieux, penses-tu que cela soit possible ? Peut-être vous autres jeunes gens voyez-vous plus net et nous plus troublé en cette affaire ?

THÉÉTÈTE.

Quelle affaire ? Que veux-tu dire? Je n’entends pas bien ta question.

L’ÉTRANGER.

Je demande s’il est possible qu’un homme sache tout.

  1. Diog., IX, 55.