Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


SOCRATE.

Ne pourrais-tu pas me répondre pareillement, au sujet du perçoir et des autres instruments ?

HERMOGÈNE.

Assurément.

SOCRATE.

Peux-tu m’en dire autant au sujet du nom ? Si c’est un instrument, qu’en faisons-nous quand nous nommons ?

HERMOGÈNE.

C’est ce que je ne puis dire.

SOCRATE.

N’est-ce pas que nous nous apprenons quelque chose les uns aux autres, et que nous démêlons les manières d’être des divers objets ?

HERMOGÈNE.

À la bonne heure.

SOCRATE.

Le nom est donc un instrument d’enseignement, et qui sert à démêler les choses, comme le battant à démêler des fils.

HERMOGÈNE.

Oui.

SOCRATE.

Le battant est un instrument de tissage ?

HERMOGÈNE.

Sans doute.