Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’est-elle pas en repos; ou comment ce qui n’est jamais en repos, ne se meut-il point ? Or, l’être nous est apparu comme étranger à ces choses; cela est-il donc possible ?

THÉÉTÈTE.

C’est absolument impossible.

L’ÉTRANGER.

Il y a donc une chose qu’il est juste de nous rappeler à ce sujet.

THÉÉTÈTE.

Laquelle ?

L’ÉTRANGER.

C’est que quand on nous demandait à quoi appliquer le nom du non-être, nous nous trouvions dans un grand embarras. Tu t’en souviens ?

THÉÉTÈTE.

Oui.

L’ÉTRANGER.

Et sommes-nous en ce moment dans un moindre embarras au sujet de l’être ?

THÉÉTÈTE.

Il me semble que nous sommes encore plus embarrassés, s’il est possible.

L’ÉTRANGER.

Pour cela, c’est un point que nous pouvons laisser indécis. Mais, puisque l’être et le non-être nous embarrassent également, nous pouvons espérer maintenant que si l’un des deux