Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/415

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE J. SOCRATE.

Sans contredit.

L'ÉTRANGER.

Eh bien donc, de même que nous avons prouvé dans le Sophiste que le non-être est, parce que c’est le seul moyen de sauver le discours, ne prouverons-nous pas semblablement ici que le plus et le moins sont commensurables, non-seulement entre eux, mais aussi avec un milieu réel ? Car on n’admettra pas qu’il puisse y avoir ni un politique ni nul homme habile dans les choses pratiques, tant que ce point ne sera pas accordé.

LE J. SOCRATE.

Il faut donc absolument nous en occuper sur l’heure.

L'ÉTRANGER.

Cette nouvelle affaire, Socrate, est encore plus considérable que l’autre ; et pourtant nous n’avons pas oublié combien celle-ci a été longue. Mais au moins il est de toute justice de supposer ici une chose.

LE J. SOCRATE.

Laquelle ?

L'ÉTRANGER.

Qu’il ne serait pas seulement besoin de : ce que nous venons de dire pour la définition de l’exactitude, mais que même pour arriver à la dé-