Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/422

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


versations, blâme les longueurs du discours et n’approuve pas ces cercles dans lesquels on tourne, il ne faut pas laisser cet homme s’en aller là-dessus bien vite, sans avoir rien fait que de trouver trop long ce qui a été dit ; il lui reste à faire voir comment la discussion, si on l’eût abrégée, aurait rendu ceux qui y prenaient part, plus habiles dialecticiens et plus capables de démontrer les choses par le raisonnement. Quant aux autres éloges ou reproches, il faut ne nous en inquiéter en rien, et ne paraître même pas les entendre. Mais en voilà assez sur ce point, si toutefois c’est aussi ton avis. Revenons au Politique, et appliquons-lui l’exemple de l’art du tisserand dont nous venons de parler.

L'ÉTRANGER.

Rien de plus sage ; faisons comme tu le dis.

L'ÉTRANGER.

Nous avons déjà séparé le Roi de la foule des arts qui s’occupent d’élever et de nourrir, ou plutôt de tous ceux qui s’occupent des troupeaux. Restent maintenant, disons-nous, ceux qui dans l’État produisent ou aident à produire, et il faut commencer par les distinguer entre eux.

L'ÉTRANGER.

Bien.

L'ÉTRANGER.

Sais-tu qu’il est difficile de les diviser en deux