Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/435

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du vrai politique et du vrai roi, si nous voulons discerner nettement ce que nous cherchons.

LE J. SOCRATE.

Vraiment, il n’y faut pas renoncer.

L'ÉTRANGER.

Non, sans doute. Dis-moi donc ?

LE J. SOCRATE.

Quoi ?

L'ÉTRANGER.

La monarchie n’est-elle pas une des formes de gouvernement politique ?

LE J. SOCRATE.

Oui.

L'ÉTRANGER.

Et après la monarchie, on peut nommer, je crois, la domination du petit nombre.

LE J. SOCRATE.

Assurément.

L'ÉTRANGER.

La troisième forme de gouvernement n’est-elle pas le commandement de la multitude, qui a reçu le nom de démocratie ?

LE J. SOCRATE.

Oui.

L'ÉTRANGER.

Ces trois formes n’en font-elles pas cinq, en quelque sorte, puisque deux d’entre elles se créent d’elles-mêmes d’autres noms ?